Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 10:00
LES INCONDITIONNELS DU TSL.

LES INCONDITIONNELS DU TSL.

C’est ce dimanche que s’est terminée  la saison du trophée sport loisir .La finale, qui ne comptait pas pour le classement général  s’est déroulé du côté de Maidières ou un 10km était au menu. La course de la liberté, disputée sous une fraiche bruine matinale,  a réuni 150 coureurs dont 6 bleus. Le parcours vallonné, boueux par endroit, n’était si évident que cela  à appréhender.

Les gazelles bleues ont été de nouveau à l’honneur lors de cette épreuve.

Izabel  D, malgré une petite blessure récalcitrante, se classe 30ème au scratch mais 3ème féminines, un nouveau podium pour notre gôniche préférée !!!

Fabienne G, dont c’était la dernière sortie avant le mass marathon à Visé, peaufine sa préparation et termine 48ème au scratch et 5ème féminine.

Chez les hommes,

 Fabrice H finit 16ème    , Alain M se classe 22ème

Alain G, 35ème et Abdel k, de retour à la compétition, termine 63ème.

L’après-midi fut l’heure des récompenses pour les coureurs ayant participé à l’ensemble des épreuves du trophée.

 A ce petit jeu, Izabel D termine 1ère   de sa catégorie en M1, fabienne G, est 5ème.

Robert M est 2ème en M4.

Alain M termine 7ème en M2.

Alain G finit 10ème en M1 et Fabrice H, 6ème en S2.

Rendez- vous en septembre pour une nouvelle saison !!!!

Partager cet article
Repost0
28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 09:34
PAS DE STRESS AVANT LE DEPART.

PAS DE STRESS AVANT LE DEPART.

RECIT MICHAEL:

2 bleus étaient au rendez vous de la 13eme édition du trail des roches.

Michael M et Gérald Bayeul venaient peaufiner leur préparation pour les 105 km de l' Ultra Trail de Côte d'Or, 3800D+de fin mai à Marsannay.
Le menu s’annonçait copieux avec 2700m de D+ pour 55 km décomposé en 2 boucles.
La tactique était simple=prudence.
Le départ fut maitrisé avec grande sagesse, en atteste les premiers points de contrôle passés dans les profondeurs du classement (246ème sur 283 partants)
Gérald menait la danse sur les parties roulantes, Michael recollait dans les parties montantes.
Cela permettait de franchir la première boucle dans une relative fraicheur avant d'affronter la fameuse montée des schlitteurs.
Montée avalée avec aisance, ce qui leurs permettaient de faire une remonté significative au classement.
La fin du parcours permit à nos 2 comparses de parachever leurs excellentes courses.
Seul petit bémol pour nos bleus dans cette magnifique journée, une fringale à 3 km de l'arrivée pour Gérald et une douleur à un genou pour Michael dans la dernière descente.
Rien n'est jamais acquis en trail.
Gérald termine 120ème/259 arrivants en 7h47mn59s. Il confirme tout son potentiel après ses dernières belles sorties.
Michael finit en 7h53mn18s en 126ème place, heureux d'effacer sa prestation en demi-teinte de l'année dernière sur ce même parcours (47mn de moins)

MICHAEL
 

Partager cet article
Repost0
26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 11:25
L'arrivée est proche !!

L'arrivée est proche !!

British week-end with LONDON Marathon.

GOOD MORNING LONDON ! RECIT JEAN-LUC VUILLAUME

Annie ma tendre et chère m'a fait ce beau cadeau pour mes 60 ans un grand week-end avec notre fille qui habite Londres et le marathon comme cerise sur le gâteau, un très beau cadeau.

J’aborde ce marathon dans un état de forme très relatif ayant un tendon d'Achille et un genou douloureux mais avec confiance. 

Dimanche 24 avril 6 heures du matin : C’est le grand jour et je me sens finalement assez bien. Pour l’événement j’ai revètu les couleurs de l’ACGV et aussi de la France. Je rejoins d’autres coureurs dans le hall de l’hôtel HILTON LONDON EUSTON pour prendre le bus et c’est parti (7H30). Le trajet dure environ 35 minutes. Je reste en léthargie et somnolant un peu dans le bus en essayant d’économiser mes forces.

Il est environ 8 h 15 heures lorsque je rejoins l’aire de départ (zone bleue) proche de Blackheath à Greenwich, là même où se trouve le méridien du même nom, 4 ° au thermomètre avec le vent un ressenti de 0° et une pluie fine, les conditions d'un trail en hiver, il faudra faire avec

Une aire de départ  totalement champêtre à Greenwich park en dehors de Londres, une prairie gigantesque, nous sommes sur un terrain avec du gazon à perte de vue qu’il faut rejoindre en bus ou métro, et vers laquelle convergent près de  58 000 coureurs toutes catégories, répartis en plusieurs sas, et qui feront leur jonction après quelques kilomètres. Sympa d’avoir à rejoindre Westminster, tout là-bas, au lieu de tourner en rond pour revenir à son point de départ. il y a un écran géant donnant des consignes, quelques tentes servant des boissons chaudes, une ribambelle de toilettes, des trucks avec des portes grandes ouvertes en guise de dépose sacs. Tout est super bien organisé et huilé. L’élite partira à 9h30, la masse des coureurs à 10 heures.L'heure approche, mon  humble objectif est de 3 H 40 (  loin de mon record sur cette distance qui est de 2 h 58mn réalisé en 2000 il y a déja longtemps, avant que je ne me lance dans le trail ), mon but est de partir à ma main par obligation avec ce monde et ensuite de garder le rythme  à partir du semi si tout se passe bien.

10 heures, c’est parti, il faut être extrêmement vigilant pour ne pas trébucher. Ce premier km sera couru en 5min 22s.

Le paysage est assez bucoliques, ambiance pavillons paisibles de banlieue. Alors que la densité de population semble assez faible je suis très surpris par la masse de monde qu’il y a tout au long de la route dès le tout premier kilomètre ! Cela dit il faut être très concentré sur les autres coureurs pour éviter les accidents. Pas simple de courir à une allure correcte.

Les kms défilent tranquillement je me sens bien, je suis contraint de mettre le frein car mon corps a envie d’aller plus vite mais la raison est là pour le discipliner. Un marathon cela commence au 25ème km….donc, « take it easy ! ».

D’abord une petite ballade à travers Greenwich, je passe le  5 km après 24 minutes 02 s de course. A partir de maintenant je n’ai plus qu’une obsession : suivre la ligne bleue qui est tracée au sol et qui figure le chemin le plus court pour arriver jusqu’à la finish line.

Le panneau 10 km est franchi après 48 min et 04 s. Passage devant le navire (un vieux gréement)  beau et grand navire posé là en pleine ville à Cutty Sark

Après 12 miles ( 20 kms), le franchissement de Tower Bridge est une première récompense, la foule est si compacte qu’on oublie que ça monte  avec toujours ce même flot énorme de coureurs, une ballade pas si simple ça monte et ça descend, ça tourne et ça contourne.

Je passe le semi-marathon en 1 H 43 mn 30 s en avance sur mes prévisions.

et puis qu’il faut ensuite tourner à droite vers Canary Wharf et Dogs Island, alors qu’il serait si simple de prendre directement à gauche vers l’arrivée…

Canary Wharf : une ambiance d’enfer !!  « c’est à Canary Bay ouh ouh !!! »

Heureusement, l’ambiance est incroyable. Le Marathon de Londres est à l’image de cette ville et des participants embarqués dans sa traversée avec un public multicolore et endiablé.

Des ravitaillements à n’en plus finir, l’organisation est si top qu’il y a même des policiers distribuant de la vaseline pour les étourdis, j’ai d’abord cru que c’était du gel énergétique !

Les sensations se modifient doucement : il me faut donc être encore plus prudent pour la deuxième partie du parcours, cette grande traversée des docks et de leurs immenses immeubles d’acier et de verre.

A Canary Wharf,  la route n’est ni plate ni rectiligne, certains commencent à marcher, on rentre dans les docks vers le 23ème kilomètre, on en ressort après le 30ème, au milieu d’immeubles de bureaux, le parcours est très étroit et dessine presque des chicanes. Le public est en masse et nous acclame comme si nous étions de grands champions. La tentation est très forte de jouer avec lui. Je lève les bras, je fais signe de nous encourager et à ma grande surprise des dizaines de supporters répondent en cœur et m’encourage avec un allez la France à l’accent so british. C’est sans doute dans cette portion que se joue la course et le chrono final.

Le marathon commence MAINTENANT ! Un mile c’est long !

Et c’est là que l’on regrette notre système métrique. Le parcours est jalonné par des miles et c’est long 1 mile ! Il y  a 26.2 miles.

La première alerte arrive juste avant le vingtième mile (km 32) passé en 2h 38 mn 40 s, je sens que mon allure faiblie, c’est la conséquence de ma course assez soutenu jusqu’e là mais j’ai encore des jambes, ça y est je dois faire le constat qui s’impose, je suis dans le dur !

Rejoindre la Tamise est une délivrance, à partir de là l'avenue est plus large, il suffit de suivre le fleuve pour une splendide virgule de quelques miles conduisant à Big Ben. Ces quais-là sont enfin plats, les maisons et immeubles sont moins remarquables, sauf la Tour de Londres. La foule est toujours aussi impressionnante, et encourageante, de nombreux coureurs marchent à présent et s’accumulent de part et d’autre de la chaussée. La fin est proche cela se sent.

Changement de configuration en quittant les quais de la Tamise. La foule est encore plus compacte, cela devient très chaud, on a l’impression que l’on va entrer dans un stade olympique, tout le monde essaye de tracer sa voie comme il peut, en essayant de profiter du spectacle final, qui justifie à lui seul tous les efforts fournis : la grande roue de London Eye sur l’autre rive, Charring cross, Big Benthe Houses of Parliament, l’avant dernier virage à droite repéré par tous, à partir duquel les énergies restantes se libèrent, il ne reste qu’un mile, je dois accélérer un peu et une crampe me tétanise et m’oblige a stopper pendant quelques minutes, je repars pour terminer en roue libre, puis Saint James Park, puis Buckingham Palace et un panneau annonce  800 m, une dernière courbe et la ligne d’arrivée surgit sur ce Mall tant convoité où d’ultimes flashs crépitent.

Quelques dernières foulées, et enfin c'est la délivrance bien longtemps après les Kenyans de service… Comme eux, la médaille, un tee shirt  et je retrouve Annie, ma fille Mélanie et son boy friend John. Vraiment un très beau marathon avec tous les ingrédients indispensable, un beau parcours dans une ville extraordinaire, une ambiance hors norme qui vous porte tout au long, une organisation au top. Pour les habitués de cette distance, à faire absolument.

Objectif  atteint en 3 h 41mn 35 s  sans problème de tendon ni de genoux avec finalement quelques apparitions du soleil avec un semi en 1 h 43mn 30 s.

Un petit regret avec cette crampe sans laquelle j'étais sous le 3h 40mn.

Place overall

Place  gender

Place    category

                 Name

     Club

Runner no

      Category

     HALF

     FINISH

8883

7191

89

VUILLAUME, JEAN LUC (FRA)

    ACGV

59129

   60-64

   01:43:30

     03:41:35

 

Des sourires à LONDON !!

Des sourires à LONDON !!

Partager cet article
Repost0
26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 08:59
Heureux d'avoir terminé !

Heureux d'avoir terminé !

RECIT LAURENT:

24 avril 2016 Les Foulées de Commercy

Une Bleue et deux Bleus au départ de ces Foulées de Commercy. Sur les 13,4 km, le trio de l’ACGV s’est élancé sur un parcours avec de belles bosses dans les bois. Une matinée frisquette mais épargnée par la pluie (ce qui est un exploit par les temps qui courent). Rapidement, le peloton s’est étiré et a vite éclaté. Premiers kilomètres en grimpée : de quoi bien durcir les cuisses. Mais il en fallait plus pour décourager nos trois courageux. Quand la course a pris possession des bois, il fallait faire attention où mettre les pieds et éviter les glissades. Voilà les derniers kilomètres au milieu des champs de colsa. Puis l’arrivée se profile. Un tour de stade et c’est fini. Ravito apprécié ! Un grand merci à notre Nono, présent aux quatre endroits du parcours ! Merci pour ses encouragements et ses photos ! 130 arrivants classés sur le 13,4 km.

 

Robert Marie est 41e en 1h09’11.

Laurent SIatka est 70e en 1h13’35.

Christelle Dethorey est 87e en 1h18’36

Photos Nono.
Photos Nono.
Photos Nono.
Photos Nono.
Photos Nono.
Photos Nono.
Photos Nono.
Photos Nono.
Photos Nono.
Photos Nono.
Photos Nono.
Photos Nono.

Photos Nono.

UN COUPLE QUI VOIT LA VIE EN BLEU !!!

UN COUPLE QUI VOIT LA VIE EN BLEU !!!

RECIT FABRICE :

La 21ème édition du semi- marathon de Thionville, disputée ce Week End, a explosé son nombre de participants avec 2415 coureurs au départ des deux courses. Si, sur le 10 km, il n’y avait pas de bleus, en revanche , 4 étaient présents sur le semi. Un parcours quasi  plat, légèrement venteux, le long de la Moselle, avec en point d’orgue, la centrale de Cattenom, il y a mieux comme paysage …

Une seule bleue avait fait le déplacement dans le département voisin.

Fabienne G, en mode, meneuse de meneur d’allure d’1h50, a bien tchatché le long du parcours  et termine 863ème  en 1h51’14. Il faut dire  que son objectif de ce début  saison se situe dans 15 jours du côté de Lièges.

Du côté des Hommes

Alain G, qui a le même objectif que sa belle, a fait ce semi en mode incognito .En effet, un problème technique a fait  qu’il n’apparait pas dans le classement mais je confirme bien sa présence à l’arrivée en 1h49.

Alain M, qui restait sur une belle perf du côté de Viterne, a pris un risque calculé en partant sur un rythme assez élevé mais le physique n’a pas suivi et il termine 554ème sans aucun entrain en 1h43’16.

Fabrice H voit sa frustration du marathon de Paris s’estomper  car il passe sous la barre symbolique des 1h30 et termine 131ème en 1h29’38.

Partager cet article
Repost0
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 13:25
Izabel tout sourire après sa 1er place.

Izabel tout sourire après sa 1er place.

RECIT FABRICE:

Les bleus étaient sur tous les front ce week end .Outre  la sortie collective le saptrail d’Epinal et la course du Noitel,ce dimanche s’est déroulé les foulées du muguet du côté de Viterne , dernière étape du trophée sport loisir, avant la finale à Maidieres le 1 er mai prochain. Petite affluence pour cette course ou seulement 139 coureurs ont pris le départ ce qui a peu déçu les organisateurs. Parmi eux, 6 bleus avaient fait le déplacement. Bien leur en a pris, surtout du côté des filles ou nos 2 représentantes n’ont rien trouvé de mieux que de se classer aux deux premières  places  de leur catégorie, rien que ça !!!

Iza D concrétise au grand jour la régularité de son travail lors des entrainements et les sorties complémentaires sous la houlette de JP, en terminant 1ère en M1. Cerise sur le gâteau, elle termine également 1ère au classement général du trophée dans sa catégorie. Bien joué Iza !!!

Fabienne G, qui a d’autre objectif en vue, se classe juste derrière en 2ème position, quel beau week end  pour nos filles, n’est ce pas ophélie…

Chez les hommes

Deuxième victoire de suite pour Robert M, 1er en M4/6.

Alain M confirme son excellente forme et frôle le podium et terminant 4ème en M2/30.

Alain G, orphelin de son beauf, se classe 13ème en M1/32.

Enfin, Fabrice H finit 9ème en S2/15.

La course racontée par Izabel.

Aujourd'hui, c'est la 8ème et dernière étape du Trophée Sport Loisir. Il
y avait peu de monde...64 femmes, 156 hommes et 23 marcheurs
Avant le départ, Fabrice nous apprend qu'Ophélie était arrivée 1ère
féminine au Sap'Trail. Bravooo Ophélie !!! On est super content et fier
de toi.

A Viterne,  le club est donc représenté par 6 bleus : Fabienne & Alain
G, Alain M, Robert M, Fabrice H et moi-même. Je crois que je n'ai oublié
personne...

Merci Fabrice : tu n'as pas hésité à me rajouter du stress en me
rappelant que je jouais une place pour le podium au classement général. ;-)

Comme je vise la 3ème place au classement général du Trophée Sport
Loisir, je décide de me placer, pas derrière la ligne de départ, mais
pas très loin non plus de façon à ne pas me laisser emporter et ne pas
partir trop vite. Plus en avant, je vois ma principale "rivale" et 2
autres filles.
A la première montée, je double ma "rivale" qui repasse devant moi dès
la descente mais je ne me laisse pas déstabiliser. Je l'ai en vue et
tout doucement je me rapproche d'elle pour la doubler à nouveau sur une
montée. J'adore les montées :-D . Plus tard, je dépasse également les 2
autres filles.
Juste avant le 6ème km, une descente d'enfer. Je n'aime pas les
descentes mais je n'ai pas le droit de me faire dépasser à ce stade.
Alors, pas le choix, je mets légèrement mon buste en avant et me laisse
aller. Les pieds claquent fort sur le sol. Ouf, je ne suis pas tombée.
Voilà, on est parti pour les 2 derniers km dits "difficiles".
Progressivement, je me rapproche de 2 gars et me cale à leur vitesse
afin de récupérer un peu avant d'accélérer sur les derniers 500 m. A
l'arrivée, je suis soulagée et contente puisque mon objectif (arriver
avant ma "rivale" et éventuellement les 2 autres filles) est atteint.
J'arrive 4ème au scratch.

Robert M 1er Master 4.

Robert M 1er Master 4.

Partager cet article
Repost0
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 10:52
3 BLEUS(ES) EN MEUSE.

3 BLEUS(ES) EN MEUSE.

RECIT CHRITELLE O

OEY OEY une course nature de 10km600 qui vaut un Trail!!
Partis de bonne heure avec Laurent BEGLE, Alex JACQUEL nous voilà arrivés dans le charmant village d'OEY EN MEUSE... Après un super échauffement d'une bonne heure au moins...avec la totale talons-fesses, genoux relevés et pas chassés!!
Nous avons profité de beaux paysages et  d'une bonne cure de boue, dommage pour les chaussures de Trail d'Alex restées à la maison!!!
À l'arrivée en 52 min pour Laurent, 1h01 pour Alex et 1h02 pour moi ( vérification sur le site pour les secondes) un super buffet nous a ravi avec de bonnes crêpes faites maison et fraises tagada à volonté!!
Super sortie pour le trio de l'ACGV!
Christelle ORBION.

Partager cet article
Repost0
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 18:29
SORTIE COLLECTIVE 2016

SORTIE COLLECTIVE 2016

Samedi 16 avril 13h00, départ pour le weekend de la sortie collective à Sainte Ménéhould dans le pays d’Argonne.

Pour ce rendez vous annuel du club, ce n’est pas moins de 47 participants qui avaient répondu présent « un record ».

Petit passage par Valmy théâtre de la célèbre bataille du même nom. Nous sommes partis à la découverte du champ de bataille qui a vu s’opposer les armées françaises et prussiennes. Puis, un petit tour ensuite dans le moulin devenu le symbole de cet affrontement. Les commentaires de notre charmante guide ont été appréciés à leur juste valeur.

 

TRAIL DU PAYS D'ARGONNE.TRAIL DU PAYS D'ARGONNE.
une adresse à retenir.

une adresse à retenir.

L’hôtel du cheval rouge notre résidence pour le soir fût une agréable surprise. Des chambres spacieuses et très bien entretenues, un décor sympathique, un bar avec une bière ambrée succulente et qui a été consommé sans modération par certains. Le restaurant de l’hôtel ne fut pas en reste, les plats choisis étaient tous délicieux avec un service vraiment impeccable.

Après cette journée un peu fatigante, au dodo. Enfin pas tout le monde, petite 3ème mi-temps

pour certains qui ont prolongé au bar cette soirée.

Dimanche matin après un déjeuner plus que copieux et varié « On conseil vraiment l’hôtel du Cheval Rouge à ceux ou celles qui voudrait découvrir le pays Marnais » place à la course.

Un retrait des dossards rapide, une signalétique impeccable, des bénévoles aux petits soins et des parcours qui ont fait l’unanimité. L’ambiance sur le site était vraiment magique.

Hommage à nos randonneurs Jocelyne, Isabelle, Edith, Martine, Brigitte, Nadine, Amandine, Michèle, Nyta, Patricia, Sophie, Elisabeth, Alain, Jean-Louis, Roger qui ont parcouru 13km et plus de 250mD+ sur un terrain bien boueux et des pentes bien raides.

 

Les joyeux randonneurs bleus.

Les joyeux randonneurs bleus.

Merci aux accompagnateurs, Christine, Vanessa et son rayon de soleil Louise et Julien le photographe du jour.

Un grand bravo à tous nos trailers qui ont vaincu les pièges tendus par certains passages  bien boueux.

Voici les performances de nos champions(nes)

LES 4 GUERRIERS AU DEPART DU 44KM

LES 4 GUERRIERS AU DEPART DU 44KM

4 participants bleus sur le 44km pour 1050mD+ .

Sylvain M victime d’une grosse douleur au genou au 30ème km termine en roue libre en 5h16mn53s en 90ème position/178 arrivants.

Philippe E tout en maitrise termine 111ème en 5h28mn33s.

Dominique C et André V en mode binôme terminent avec le sourire 174 et 175ème en 6h21mn02s

LES BLEUS SUR LE 24km.

LES BLEUS SUR LE 24km.

17 Participants bleus sur le 24km pour 580mD+.

Benjamin T confirme sa grande forme. Parti un peu vite « 2ème un moment de la course »

Il s’arrache pour signer une belle 8ème place/405 en 1h57mn45s. Bravo champion.

Romain L en mode récupération de la veille au soir termine 35ème en 2h08mn33s. Il a vraiment de la ressource.

Bertrand V a retrouvé la joie de courir, le trail court lui va bien. 78ème en 2h20mn02s.

Jean-Luc D un peu diminué par une douleur récalcitrante se rassure et termine 94ème en 2h22mn41s.

Michael M se classe  102ème en 2h23mn47s, un peu déçu, mais sa belle perf à Verdun était encore dans les jambes.

Denis C le diesel tout en constance signe une 123ème place en 2h28mn15s

Bruno C en reprise de compétition se satisfait de sa 191ème place en 2h37mn55s.

Jean-Pierre C le V3 de la bande termine ce trail pleinement satisfait. Malgré une soirée  un peu fatiguante il se classe 227ème en 2h41mn43s. Sa meilleure forme depuis bien longtemps.

Christelle D confirme ses dernières prestations et signe un joli temps de 2h46mn38s pour une 270ème position.

Romain G et Florian R en mode récupération terminent 299 et 300ème en 2h50mn21s.

Anne M récolte les fruits de son entrainement et signe un bon temps de 2h57mn40s. 336ème et 6ème V2F

Didier L en 3h10mn55s est satisfait de sa course. Il retrouve le sourire et se classe 367ème.

Catherine C et Sandrine W terminent main dans la main, elles ont maitrisé ce parcours en championnes. Respectivement 398 et 399ème en 3h30mn49s.

Patricia P qui avait maudit JP de l’avoir inscrit sur le 24km termine au mental en 400ème position

dans un temps de 3h34mn47s.

Il y a eu pas mal d’abandons dont malheureusement Bruno R qui victime d’une déchirure au mollet s’arrêta au 6ème km. On pense bien à lui.

LES BLEUS SUR LE 12km.

LES BLEUS SUR LE 12km.

6 participants bleus sur le 12km pour 285mD+.

Sébastien P et sa jolie moitié Nathalie terminent 179ème et 182ème en 1h31mn11s/449participants. C’est les futurs finishers du marathon de Paris 2017.

Marie Annick pour sa 1ère course depuis bien longtemps se classe 382ème en 1h57mn09s.

Elle est suivie par Dominique F qui est classé en 385ème position en 1h57mn42s.

Madline C pour sa découverte du trail franchie la ligne d’arrivée heureuse la main dans la main avec son chéri Brandon D. Ils terminent 414 et 415ème en 2h11mn et10s.

traildupaysdargonne classements

Bravo à tous, j'attends vos photos qui seront rajouté au fur et à mesure sur le blog.

Merci de me faire parvenir un petit récit de votre course, cela sera le support d'un nouvel article sur le blog.

Vous êtes les premiers contributeurs pour faire vivre notre blog.

ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS
ALBUM PHOTOS

ALBUM PHOTOS

Partager cet article
Repost0
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 08:50
BRAVO OPHELIE 1ère AU SCRACH FEMININ SUR LE 36km.

BRAVO OPHELIE 1ère AU SCRACH FEMININ SUR LE 36km.

GERALD CONCENTRE AU RAVITO.

GERALD CONCENTRE AU RAVITO.

RECIT CLEMENT BLANCHARD:

Ce dimanche matin direction Epinal avec Anthony Jeancler pour le 18km du Sap'trail organisé par les sapeurs pompiers.
Au retrait des dossards on aurait dû se douter que le parcours allait être ultra boueux.... Le cadeau associé à l'inscription étant un tapis de voiture pour protéger le sol !
Le parcours est annoncé à 18,5km pour 730m de D+ par l'organisation.
Et c'est parti pour de la boue, des ruisseaux, de la boue, de la flotte, encore de la boue et de la boue... Un départ/ arrivée depuis la caserne, des singles sympas, des montées/descentes à répétition (quasiment pas de plat sur le parcours), un passage dans des tranchées... Bref un super parcours avec une organisation au top.
On termine ensemble avec Anthony en 41 et 42e positions/344 participants pour 1h48min de plaisir et de souffrance.

Séverine Bayeul  qui aime elle aussi la boue se classe 304ème en 2h44mn58s.


On a aperçu d'autres vestes "bleues" sur le 36km dont Ophelie Malgras que j'ai pris en photo sur le podium. Elle termine le 36km pour 1350mD+! à la première place au scrach chez les filles et 53ème/133 arivants en 4h14mn13s .

Gérald Bayeul qui adore de plus en plus le trail se classe 47ème en 4h14mn13s un peu devant  Ophélie.

Clément B

https://sites.google.com/site/saptrail/resultats-2016

Partager cet article
Repost0
15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 08:22
MARATONA DI ROMA -  medianitrail.

MARATONA DI ROMA – 10 avril 2016 RECIT BRUNO G

Pourquoi Rome?  Marathon réputé difficile, tant pis !

Alors d'autres raisons ? Pour la ville, pour une semaine de vacances... mais surtout pour fêter mon 20ème marathon.

Dimanche, jour J :

06h45, après une excellente nuit, exceptionnel pour une veille de marathon, me voilà en route pour rejoindre le site du départ de ce XXIIème Maratona Di Roma. Le ciel est bien  dégagé et le soleil commence à faire son apparition. Une belle journée en perspective, du moins je l'espère. Je n’aime pas souffrir de la chaleur !

Je croise sur le chemin que des sacs à dos estampillés "Maratona Di Roma". Les regards complices ouvrent des sourires entendus et encourageants. L'adrénaline prend le métro en groupe, en cohortes, en fraternité sportive. Les futurs galériens s'entassent dans les rames de métro. Les uns contre les autres nous filons vers le Colisée. Je commence à avoir cette petite boule au ventre et me dire « Vais-je être à la hauteur aujourd'hui ? » après 8 semaines de préparation et 407,283 kms parcourus.

J'arrive au Colisée et constate rapidement que la fourmilière est en marche...Je suis au pied du Colisée, et l'ambiance de l'avant course est bien présente.

08h10, je décide de me diriger vers mon sas de départ pour être bien placé. Je me trouve juste derrière le sas des élites et des dossards privilégiés. Ça commence à s'agglutiner dans les sas.

08h40, les hélicos tournent, la télé sur la grue filme… ça ne va pas tarder à démarrer. Tout le monde se regarde sautille, discute … ou pas ! Le stresse monte et l'hymne national Italien résonne dans les travées. 1 minute avant le départ, tous les sas se resserrent et me font approcher un peu plus de la ligne de départ.

08h50, le starter est donné et nous dévalons via dei Fori imperiali. Passage devant le grandiose monument tout blanc, le Vittoriano. Le parcours est en léger faux plat montant sur les 3 premiers km mais je ne le ressens pas car c’est le début et les jambes sont fraîches. J'ai beaucoup de mal à me faire aux pavés et espère ne pas en trouver tout le long du parcours. J’essaie de me caler sur mon objectif fixer de 4'30'' au kilo sur le premier semi et tenir la même cadence sur le second semi plus montant et cassant. Au 10ème km, je suis en dessous de mon objectif, je suis un peu en avance.

18ème km, j'arrive dans le boulevard Via Della Conciliazione, en face de moi, la basilique St-Pierre,  puis c'est la place sous mes pieds. J'ai des frissons et des larmes aux yeux en la traversant. C’est grandiose !

Je passe la première moitié de ce marathon en 1h31'. Je suis largement dans les temps de mon objectif. Je me sens bien mais je me méfie. Je sais qu’il y a une côte soi-disant « mortelle » au 29ème. Euh, les coureurs sur route n’auront jamais la même définition d’une montée que les trai

lers. Cette côte doit péniblement atteindre les 3%.

26ème km, une crampe se fait sentir derrière la cuisse. Je sens la fatigue dans les jambes...déjà ! Quelle galère ! J'adapte la foulée en fonction des tensions. Je prends un coup au moral. Mon allure est en perte de vitesse mais je m'accroche.

34ème km, la bonne grosse fatigue du marathonien arrive, les jambes sont de plus en plus dures. J'aperçois ma petite famille, je me permets de m'arrêter à leur hauteur pour la photo mais surtout pour m’étirer et boire car la chaleur commence à se faire sentir. Mon fils me fait la surprise de parcourir les derniers kilomètres avec moi du moins jusqu'au 40ème km. Ça me donne la pêche. Bref, la niaque revient et tout va bien ! Je suis fier de lui et il profite du coup de cette chaude ambiance. Je vis une superbe fin de marathon avec un sourire sur mon visage marqué. Les spectateurs sont nombreux, s'amassent de part et d'autre des barrières de sécurité afin d'encourager les runners que certains qualifient de « super man »... J’entends de tous les côtés « Forza Bruno, forza Bruno ». Je crois que les spectateurs me prennent  pour un Italien…C’est génial !

 

40ème km, le fiston m’abandonne (sécurité oblige) juste avant un tunnel montant. Un grand merci à lui. La côte prévue est en face de moi. Bon, on va dire qu’elle est entre 4 et 5%, à vue de nez.  Je puise sur mes dernières réserves physiques et mentales. Je passe la côte et enfin j’aperçois la banderole du dernier km, puis une descente où j'en profite pour augmenter mon allure. Le parcours s'engage sur la voie du forum Impérial, avec au fond le Colisée et avant ça….la ligne d'arrivée. Une haie de gladiateurs et bing c’est fini…3h14'48''. Objectif atteint. Classement : 781ème / 13884 arrivants. 

Rome 2016 : VENI, VIDI, VICI !!!

 

On m’entoure d’une couverture de survie, on me met la médaille autour du cou…Je rejoins ma famille au pied du Colisée,  pas de Romains en vue mais… les Germain.

CONCLUSION :

Les organisateurs de ce Marathon de Rome méritent toutes mes félicitations car tout était parfait, du début à la fin.

Ce n'est pas un marathon facile mais quel plaisir de découvrir Rome de cette manière...

Le tracé est très changeant, agrémenté de beaucoup de virages. Il faut constamment anticiper sa trajectoire pour tourner au plus court ! Le parcours en ville se fait alors dans les rues marquées de pavés très inégaux (plus du tiers du tracé comporte des pavés)…. Ils sont fous ces Romains !

Malgré tout cela, je classe ce marathon comme mon favori. (1er/ 20)

Ciao – Bruno G.

RECIT GERALD:

je suis allé à moyenmoutier  dimanche ou se déroulait le medianitrail.

je me suis lancé sur le 38 km avec 1800 M de D+. Ce trail est vraiment beau avec de super paysages mais il est très éprouvant. L'organisation est parfaite, je le recommande vraiment. ça a été assez dur d'autant plus qu'il fait réelement plus de 40km avec 2000 M de D+. Je termine 38/85 en 5h34.

A bientôt.

Gérald.

Partager cet article
Repost0
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 07:44
Un sourire qui en dit long.

Un sourire qui en dit long.

57000 inscrits, 160 nationalités, 46200 dossards retirés pour 43317 coureurs au départ (nouveau record), 41708 finishers. Tels étaient les chiffres « amazing » de cette 40ème  édition du marathon de Paris. Et parmi cette armée de runners ; 4 bleus ont réussis  ce défi en terminant cette course mythique. Que dire de cette épreuve ? Des gens quasiment tout le long du parcours qui crient, qui encouragent, de la musique, un temps magnifique pour cette édition et ce sentiment  indicible de partager quelque chose d’hors norme avec le monde entier.

Honneur à notre seule représentante  bleue, Nathalie P qui, pour son premier marathon, flirte avec les 4 heures  en terminant en 4h03’21 et 15676ème /41708.

Voici son ressenti :

« Après un départ un peu long à mon goût, 15000 coureurs dans mon sas... Le top départ est lancé, l'ambiance est là, les coureurs sont tous sympa! C'est magique....                                                    Parcours agréable, les km se passent sans problème malgré la chaleur et le soleil. J'arrive à maintenir le rythme que je me suis fixé. Km 30 toujours en forme, pas de mur pour moi... Je continue et j'aperçois la ligne d'arrivée avec les spectateurs, Seb, Lucas, les encouragements, les photographes... Je passe la ligne d'arrivée, fier de moi, pas de larmes mais une émotion intérieure assez forte : je suis marathonienne... Mais je crois que je ne vais pas m'arrêter à un seul!! Je tiens à remercier Seb pour son soutien et son aide tout au long de ma préparation et Anne ma partenaire de course lors de cette belle aventure ! ».

Pour nous 3 représentant bleus,

Marathon compliqué pour Bertrand V qui nous dresse son bilan :

«  Le Marathon de Paris 2016 reste un souvenir douloureux. Une préparation stoppée 10 jours avant le jour J (claquage au mollet) et une très grosse sensation de fatigue ne pardonnent pas sur ce type de course. Une météo très clémente et une organisation très bien repensée auraient dû faire de cet évènement une fête. Pour moi, cela a été un parcours du combattant. Dès le 6 km des picotements au mollet (strappé à mort) puis après un passage au semi en 1h40, le début de ennuis. Picotements au bout des doigts, puis gène intestinale. Je n'ai pas vu le mur des 30 km mais celui des 24... Il en restait donc encore un paquet. De quoi, marquer mon parcours avec mon ADN... En tout 15 km de marche avec des haltes fréquentes. Le verdict 4h24 (un record...) et la délivrance en passant la ligne d'arrivée. Un tour sous la tente des toubibs déjà débordés..Puis une fuite dans le métro. La traversée de Paris revue et corrigée. Bref, j'échoue tant bien que mal à la gare de l'Est où je sombre au point de rater mon train (à l'agonie sur un banc)  Une tête de toxico en manque. Finalement, j'embarque dans le train suivant, deux heures après et retrouve Fabrice qui me ramènera chez moi fatigué et quelque peu dégouté. Vieillir c'est dur... ».

Pour Jean-Luc D qui était au départ sans sa moitié Sabine blessée, ce marathon ne restera pas dans ses souvenirs. Diminué par une douleur au mollet il rejoint l’arrivée en 3h55mn, c’est de loin son plus mauvais temps.

Pour Fabrice, ce deuxième marathon restera un peu frustrant. Malgré une préparation plus performante, le résultat brut 3h30’03 et une 5019ème  place est un peu en deçà de mes espérances. Mais ce que je retiendrai  surtout, ce sont ces images dans le métro ou bon nombre de personnes arborent fièrement leur maillot de finishers avec leur médailles ou ces inconnus qui, le pouce levé, vous félicitent pour votre  « performance ».Ce sont ces moments-là, qui resteront gravé dans ma mémoire en ce jour inoubliable. Merci aux bleus pour leur soutien, au nanard pour ses entrainements personnalisés (promis, je ferai mieux la fois prochaine).Je ne saurais que trop vous encourager à tenter cette expérience incroyable pour ceux qui ne l’ont pas fait, cela vaut le coup.

Pour info, le 41ème marathon de paris se déroulera le 9 avril 2017, les inscriptions sont déjà ouvertes …n est ce pas Nathalie !!!!

En pleine action.
En pleine action.

En pleine action.

Partager cet article
Repost0