Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 octobre 2018 1 22 /10 /octobre /2018 18:03
Romain à Amsterdam.

Romain à Amsterdam.

Petit résumé de ma course sur le Tcs Amsterdam marathon.
Après une nuit en Belgique vendredi soir, reprise de la route direction Amsterdam le samedi matin, midi nous voici au stade Olympique pour récupérer les dossards. Déjà un monde de fou de partout 45000 coureurs pour le week-end ça fait du monde, une ambiance super sympa un marathon expo sympathique aussi. Une fois le package récupéré direction l’hôtel dans lequel nous allons séjourner jusque lundi matin. Dépose des bagages puis hop direction le centre-ville pour une petite balade et la découverte de cette magnifique ville, que c’est beau une atmosphère de zénitude, des vélos partout des gens cool des belles boutiques des senteurs d’herbes de Provence dans toutes les rues c’est vraiment surprenant. Un plat de pâtes avalé est direction le lit car demain c’est le Jour J, est comme d’habitude face au marathon, il faut rester humble tout peut arriver en un rien de temps ça bascule tellement vite que la prudence est de mise, il faudra être régulier et répondre présent.
7H le réveil sonne hop il faut y aller un peu de gatosport, un thé ,de l’eau. Nokage des endroits sujets à frottement et hop c’est l’heure de quitter l’hôtel direction le départ du monde, du monde et encore du monde une super ambiance dans le stade avec une armée de Kényans qui vont se disputer la victoire 9h30 booom c parti, très vite accompagné de mon pote Jérôme on imprime une allure plutôt pas mal environ 4’ au 1000 jusqu’ au semi nous resterons ensemble à quelques mètres mais malheureusement un peu dans le dur mon pote doit ralentir un peu. Sur la lancée j’essaye de maintenir le cap j' avale les kms 25 30 tout va bien mais arrive le 35 et là ça commence à se compliquer, les crampes me guettent les 7 derniers vont être longs. Le vent et le circuit pas si roulant que ça sur la fin vont avoir raison de nombreux marathoniens, c ‘est l’hécatombe je double et je slalome entre les coureurs qui tombent de ceux qui s’arrêtent pour tirer les crampes. Quand les miennes arrivent je lève le pied dès que je peux je relance mais c’est dur. Cette fois ci le mental aura une fois de plus fait la différence. Je m’accroche et je limite les dégâts, me voilà au 4ème je rentre de nouveau dans le stade pour franchir la ligne un peu sous les 2h52 pas mécontent du temps vu la fin difficile. Quand j’arrive, j’apprends que le double recordman du monde Bekele qui menait la course a connu la même galère que moi sur la fin et qu’il a abandonné au 40ème comme quoi le marathon ce n’est jamais une chose facile. Maintenant place à la récupération en ville 🍺🍺🍺🍷🍷

TCS AMSTERDAM MARATHON
TCS AMSTERDAM MARATHON
TCS AMSTERDAM MARATHON
TCS AMSTERDAM MARATHON
TCS AMSTERDAM MARATHON
TCS AMSTERDAM MARATHON
TCS AMSTERDAM MARATHON

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2018 1 22 /10 /octobre /2018 11:22
Les bleus au trail des Carmes !!!!

Les bleus au trail des Carmes !!!!

Récit Christelle sur le 25km:

Départ 7h avec Annabelle pour le TCC!! Il fait froid le matin à cette heure mais nous sommes bien motivées!!
Arrivées sur place nous croisons Didier et Pascal inscrits comme nous sur le 25km. Ptite photo...et c'est parti!
Il n'y a pas grand monde au départ , nous partons avec musique et pluie de confettis ...top ce trail!
Grosse montée au départ mais nous sommes prévenues alors on gère. .Pascal est déjà loin devant, moi je garde Didier en ligne de mire.
Puis nous le rattrapons et nous nous mettons à suivre une fille qui a l'air de savoir gérer ce genre de trail ....Annabelle garde le rythme tout va bien du coup on lâche le groupe pour attraper ceux de devant tout va bien sauf que nous avons l'impression d'aller vite mais les km dans les tranchées ne défilent pas du tout.. Nous sommes à peine à 9km avec l'impression d'avoir fait plus... pas grave nos montres ne doivent plus fonctionner qu'on se dit 😅...
A 12km500 un concurrent nous annonce la moitié de la course ....arfff en fait si elles fonctionnent 😂
Des montées ,des descentes ,de l'escalade, du soleil, des pierres et des feuilles ....on garde le cap en suivant tour à tour des concurrents qui nous donnent vraiment l'impression d'être dans la cour des grands!! Des petites frayeurs quand même avec la cheville d'Annabelle qui embrasse à trois reprises des pierres mais elle est forte cette blonde!! On continue avec des arrêts courts aux ravitos et lors de mon coup de mou du 18ème km elle donne le tempo !!
A 3km de l'arrivée une concurrente doublée bien avant nous dépasse. ..oh la vache !! En plus elle est à fond....du coup rien de tel pour me booster... j'accroche. ..mais elle est vraiment trop forte. . je la perd mais on garde un bon rythme pour terminer ensemble en 3h18!!

Trail de la croix des Carmes.

Ravie d'avoir fait ça ensemble !! Bravo Annabelle Portzert !! Bravo à Pascal arrivés avant en 2h53...et à Didier en 3h28!👏👏 et aussi merci à Fabrice et Laurent pour les encouragements

Les 3 bleus sur le 12.km

Les 3 bleus sur le 12.km

Trail des Carmes par Fabrice.

petite promenade bucolique , tic avait délaissé tac et tuc en avait fait de même avec toc pour duo un chic et choc, tic tuc ... Retour aux affaires de Sylvain Mgnt qui enchaîne une 2eme course en une semaine 👍. Coach Pascal Voisard assure sur le 25 même s'il n'aime pas les descentes, les cailloux , les feuilles et les racines 😁, les filles Chris Telle et Annabelle Portzert nous bluffent, enfin ,Didier Léger a tout donné.

Pas mal les ravitos !!!!!

Pas mal les ravitos !!!!!

Un magnifique trail (un vrai ) au milieu des tranchées, tuc ( les biscuits apéro ) , tranches de lard grillé au ravito et petite bière à l'arrivée. Elle est pas belle la vie de traileur !!!

Récit Sylvain M:

Pour ma deuxième course en 7 jours je m'étais peut-être encore un peu surestimé.

Sur ce 12 km avec seulement 300m D+, je m'étais fixé pour objectif de tenir une allure de 5 min/km.

Mais je compris rapidement il faudrait être beaucoup plus patient avant de retrouver des rythmes corrects.

Je préférais donc m'isoler et courir seul afin de ne pas prendre un faux rythme.

Je profitais alors de ce parcours vraiment sympa et terminais ces 14 km dans de bonnes conditions, sans douleurs dans un chrono de 1h13mn À une (très ) généreuse 24ème place. Maintenant c’est récup.

Trail de la croix des Carmes.
Trail de la croix des Carmes.
Trail de la croix des Carmes.
Trail de la croix des Carmes.
Trail de la croix des Carmes.
Trail de la croix des Carmes.
Trail de la croix des Carmes.
Trail de la croix des Carmes.
Trail de la croix des Carmes.
Trail de la croix des Carmes.
Trail de la croix des Carmes.
Trail de la croix des Carmes.
Partager cet article
Repost0
22 octobre 2018 1 22 /10 /octobre /2018 08:12
Pierrine et Alain.

Pierrine et Alain.

2ème course du trophée sport loisirs à Vathiménil…par Pierrine :
Rapide résumé… à Vathiménil… je cours comme une débile…
9km (et non 8km800 les gros mythos !) … un départ à l’arrache avec 900 mètres d’échauffement… un coucou à Alain Marchal venu pour encourager… du vallonné… parfois bitume, parfois cailloux, parfois terre… du soleil… une petite boucle x2 avec montée d’une petite colline… une grande boucle and that’s all !!
Je ne pourrai pas en dire plus tellement je n’ai fait que me parler à moi-même au lieu de profiter de la course !...
C’est devenu la course des mille et une questions…
Et si je doublais celle-ci ? Et si j’attendais celui-là ? Tiens depuis quand je double en montée ? Mince c’était quoi ma séance aujourd’hui ? Comment ça se fait j’ai les jambes lourdes ? Et si j’avais pas assez bu ? Je tente du fractionné ou pas ? Putain les ornières et si je me tordais la cheville ? Good ça descend jusqu’en bas mais c’est louche non ? Je sprinte pour doubler cette V1 ou pas ? Putain elle est où l’arrivée ? C’est pas vrai qu’ils nous foutent une rallonge de 200m ? Quoi ? y a encore pas d’eau à l’arrivée ?
Et tout comme ça pendant 45’… Pas toute seule dans ma tête… au moins ça occupe… J’attends donc avec impatience le résumé de mon Alain pour avoir des détails sur cette course…
Sur ce… mes voix et moi allons récupérer… Prochaine course samedi prochain (toujours avec mon Alain) pour le trail du graouli… En espérant que courir de nuit me permettra de mettre mes pensées en sourdine

 

. Non on n’a pas de piercings sur la langue !!!!

. Non on n’a pas de piercings sur la langue !!!!

Vathiménil par Alain:

ça part vite et au bout de 200m, première côte casse-pattes. Pas prévu ça ! On revient sur la ligne de départ et on prend de nouveau la côte casse-pattes. Ils sont gentils mais là, ils ont pensé à quoi ? Ca devait être pour qu’on soit bien chaud avant la suite, petite descente et on tourne à gauche au lieu de la droite au premier tour. Parti pour de la grimpette régulière sur 3 bornes… Chemin en forêt bourré d’ornières sur un bon bout. Ils sont de mèche avec une clinique du coin ou quoi ? Arrivé en haut après un petit plantage du pied droit suivi d’un atterrissage pas cool sans roulade (pas de bobo heureusement), on revient vers le village sur du bitume tout en descente. Ca permet de terminer dans un chrono pas trop moche après m’être demandé pendant une bonne minute où ils avaient planqué la ligne d’arrivée et retrouver Pierrine Pierrine qui commençait à prendre racine. Plus qu’à récupérer pour affronter le Graoully samedi prochain

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2018 3 17 /10 /octobre /2018 08:59
MARATHON DE METZ

voici un petit CR de Gérald au marathon de Metz de dimanche.

L'avantage avec le marathon de Metz, c'est la proximité.

Partir à 7h de la maison, trouver une organisation au top avec parking couvert gratuit à deux pas du départ ...cool pas de stress.

Sur place nous rencontrons christian accompagné de son épouse ainsi qu'alain qui se préparait un peu surpris de nous voir.

Une petite photo et hop au départ. Un marathon dans la fraicheur d'octobre, enfin presque 15° au départ et 25 à l'arrivée, dur pour l'organisme.

Je fais une course sans objectif  avec Séverine comme fan club le long du trajet. Je finirais en 3h44.50 254eme/1070 content de moi car je commence à fatiguer un peu.

A l'arrivée, je rencontre Bruno GERMAIN qui vient de boucler le relais à 2 avec son fils.

 

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2018 2 16 /10 /octobre /2018 20:36
il y a de la joie .......!!!!

il y a de la joie .......!!!!

 Grand résumé de notre sortie dominicale à Alain et moi à Messein, pour la première du trophée sport loisirs. Déformation professionnelle oblige, des jeux de mots sur la ville de Messein se sont glissés dans le texte… Il y en a au nombre de 11 … A vous de jouer !
Mes seins et moi nous retrouvons donc sur la ligne de départ de la course avec mon Alain, Annabelle, Fabienne et son Alain. C’est l’occasion aussi de retrouver des têtes de runners connues comme Patrick, mon ancien entraineur de tennis du JAC, qui m’est sympathique.
Top départ ! Dernière petite pensée à mes saints à qui je quémande force et courage et c’est parti. J’avais prévenu que je venais en touriste pour faire la séance du coach, à savoir un fartlek comprenant 7x 2’ à 4.40… On démarre donc cool et on est tous sur la même longueur d’onde. Annabelle qui est plus en mode décrassage suite à son 800 d’anthologie aux championnats de France la veille et Alain en mode « je me préserve » pour la sortie de plus de 100 bornes à vélo qui l’attend mercredi avec le groupe de JP.
Après 3km à bonne allure quand même (5.15 / 5.30 au 1000) j’en ai déjà marre… J’ai les yeux rivés sur le temps et les km qui défilent pas vite… j’attends mes 20’ d’échauffement pour faire mon exercice et penser à autre chose… je ne suis plus habituée aux courses nature et surtout je manque cruellement de patience et de mental j’avoue….
19’50’’ de course, je me retourne vers Alain qui me fait signe de partir, Annabelle qui me dit vas-y à toute… j’hésite à les laisser mais est-ce important ? Non ! Le principal c’est de se faire plaisir. J’attaque donc ma séance de fractionné en enquillant 2’ rapides et 1’ de récup. Quel bonheur de doubler les autres concurrents !! Enfin… juste un temps hein … je me fais rejoindre sur les minutes de récup… Je me retourne de temps en temps Annabelle et Alain ne sont pas loin et gardent leur bon petit rythme, malgré la chaleur qui se fait encore sentir en ce mois d’octobre. 4ème fractionné passé… ouf c’est beaucoup 7x … mais cinq, ce serait pas assez d’après le coach Bernard… Je termine enfin, 40’ à ma montre et 7km400… un peu cuite… mais si je calcule bien et que je continue mon fractionner, je mets cinquante minutes tranquilles !
Sauf que, mon mental veut pas… c’est dimanche qu’il me dit… on serait mieux à la messe hein !!! Mon orgueil lui me dit, allez quoi tu t’es pas étripée pour lâcher et perdre le temps que tu as durement gagné… mais cinglée que je vais finir à me poser tant de questions ! Allez… un peu de compassion… Je me donne 5’ de récup et j’en profite pour papoter un peu avec un coureur qui m’oblige à tenir à 5.15…
Plus que 1500m … je me fous la pression toute seule, pour une course sans enjeu alors que passer sous l’heure n’est pas le minimum syndical ! Sur un coup de tête, je décide de finir en 30/30. Je remonte mes manches, resserre mes ceintures, et c’est parti… Tout du long je fais le parallèle avec la piste, c’est familier, ça rassure mais c’est important pour le moral… plus que 3 tours… c’est rien 3 tours… 800m c’est 2 tours… allez tiens bon… et si je me tords la cheville ? oh non les boules que j’aurais, pour une course du dimanche qui rapporte même pas de points au club ! … 400m… c’est moi qu’on entend respirer comme ça ? Tiens… j’ai plus mal au dos au fait… comme quoi… 200m… y en a une devant que je doublerais bien mais bon… finir en sprint et stopper net pour faire la queue vlà le panache… je décide de ne pas en faire des caisses, mais simplement, je me redresse et je souris… c’est fini !!
Bon je vous épargnerai mes états d’âme de fin de course… bien que… quand même… y a fallu attendre plus de 5’ pour pouvoir refiler le dossard et boire un coup… y avait plus rien au ravito… non non non c’est pas la peine d’en déduire que je suis un peu dans le peloton de fin de course… je le sais … 51’35 à ma montre… ça va… contente de pouvoir tenir cette distance et ce temps après mes sympathiques bobos post ligaments croisés.
Annabelle et Alain sont déjà là… contents eux aussi de leur course… Fabienne et son Alain ont été hors de notre vue et de notre portée depuis le début
On immortalise la journée et on se dit à mercredi !

 

TSL 1er étape Messein.
TSL 1er étape Messein.
TSL 1er étape Messein.
TSL 1er étape Messein.
TSL 1er étape Messein.
Partager cet article
Repost0
15 octobre 2018 1 15 /10 /octobre /2018 22:16
Sylvain le retour.

Sylvain le retour.

Récit Sylvain:

Un petit résumé pour un immense plaisir : celui d'épinglé un dossard après 504 jours d'arrêt forcé. Peu importe le lieu, la distance, le dénivelé, le classement, le chrono, la météo... Rien ne pouvait gâché ce moment tant attendu. Des frissons au départ, de l'euphorie pendant la course, et encore des frissons à l'arrivée. Je l'avais parfois oublié, ce plaisir simple de courir ensemble. Je l'ai enfin retrouvé, en atteste le sourire à l'arrivée. Le reste n'avait pour moi, aucune importance hier...

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2018 1 15 /10 /octobre /2018 09:23
Championnats de France !!!
Championnats de France !!!

Compte rendu Bernard :

Ce n'est pas sans émotions que j'écris ce résumé à cette heure d'une très belle après midi où toutes les filles ont su se sublimer pour être à la hauteur de l’événement. Une finale nationale avec des gros clubs nationaux. Vraiment magique à vivre ! Tout comme tous les championnats de France je pense...
Parti de Gondreville avec Annabelle, Margot, nous avons pris en chemin Natalie à Nancy et Lucie et son coach à Lunéville. Un voyage qui nous a permis de faire plus ample connaissance avec les nouvelles recrues du club et discuter des futurs projets à venir. Arrivé sur place, on sent tout de suite que c'est l'ambiance de la course de la saucisse mais bien un truc de ouf que les filles vont vivre. Du monde plein partout, un public qui encourage et qui applaudit. Non non vous ne rêvez pas, on est bien à la finale de la coupe de France des relais à Obernai.
On suit les courses qui précèdent notre relais et voit bien que c'est un autre monde.
ça peut impressionner mais Pierre et moi veillons sur les bleues afin de ne pas se laisser impressionner par cette ambiance de fou.
Les bleues s'échauffent et écoute les deux coachs pour être prête sur la ligne. Le départ approche. Tout comme la présence de la chambre d'appel.
Ça se précise, ça y est 17h55 les bleues entrent dans l'enceinte via la chambre d'appel. A partir de ce moment-là, nous les coachs ne pouvons les accompagner. Les dernières consignes sont données...

Championnats de France !!!

C'est parti pour Natalie qui est la première à s'élancer sur 1200m.
Natalie qui découvre d'ailleurs l'univers de la piste, elle commence directement par une finale nationale à 52 ans ! la piste n'a pas d'âge !!!! Elle exécute parfaitement le plan du coach en collant le peloton jusqu'au 200 qu'elle atteint en 40" puis doit céder pour rentrer dans son rythme mais en maintenant à distance le peloton. Natalie fait mieux que le chrono qui avait été fixé... 3'59 au 1000 (elle n'a jamais couru un 1000m aussi rapide de sa vie) et gère les deux cents derniers mètres en voyant revenir comme des fusées les deuxièmes relais des concurrentes sur 400. Natalie transmet le relais à Margot et fini en un temps canon pour 1200m en 4'50 !!! Bravo !!! Margot c'est de la dynamite, notre sprinteuse est remontée comme un coucou suisse et part à l'abordage, elle rattrape même des filles qui ont commencé le 3ème relais sur 800. Passage au 200 32". Rapide, très rapide, Margot continue et s'accroche 48" au 300 !!! Margot a du feu dans les jambes!!! Encore dans la course jusqu'au 350 pour faire 1'06-1'08 elle se fait rattraper par l'acide lactique qui la tétanise complète l'obligeant quasiment à marcher sur les 30 derniers mètres 1'13 à l'arrivée nouveau record personnel en prime elle transmet le témoin à Annabelle sur 800 qui part très vite, à bloc. Annabelle aussi est super motivée et ça se confirme dès les premiers mètres. Annabelle mets de la force sur ses appuis, 40" au 200/ 1'22 au 400 !!! Je ne reconnais pas notre Annabelle sur ce premier 400 qui détonne !!! Le second tour de piste est plus douloureux mais reste sur les bases de 2'55 jusqu'au 600, mais les 200 derniers mètres piquent, Annabelle résiste comme une lionne et transmet le relais à la dernière relayeuse Lucie !!! Annabelle atomise sa référence de Remiremont où elle conclut son 800m en 3'07 !!! Un beau chrono pour Annabelle qui réussit à aller au bout de ses capacités du moment. Lucie la nouvelle recrue en provenance du COS surprend par son départ stratosphérique !!! Mais que fait-elle? Passage en 34" en 200, elle rattrape des concurrentes qui nous avaient mis un tour de piste, 51" au 300/ 1'13 au 400. Son coach Pierre Henry a peur qu'elle se soit cramée avec un départ aussi rapide !!! Mais non, elle continue dans son rythme à la force des jambes, des bras 3'29 au 1000 !!! Waou !!! Reste 600m, Lucie voit les dernières concurrentes finir leur course, il lui restera un 400 à faire toute seule sur la piste !!! Et elle va tenir son allure infernale en atteignant la ligne à l'issue de son 1600m en 5'44 !!! Un truc de fou !!!
Les filles terminent 15ème et dernières de cette finale nationale mais n'ont pas à rougir de leur haute prestation. Et pulvérise le record du club pour le porter à 14'56"47 !!! Un énorme chrono à l'issue d'une superbe performance collective !
On saluera la prestation des nancéiennes qui montent sur la troisième marche du podium derrière une équipe qui semblait intouchable Grenoble qui a dominé la course en terminant ce relais en 11'41 !!!
Fier de vous les filles et à très bientôt !!! Ému de voir encore vos sourires, vos yeux pétillants sur cette belle après-midi d'automne alsacien...

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2018 1 15 /10 /octobre /2018 07:51
Les foulees du Saulnoy 20km

Récit Sandrine W:

J’avais pourtant dit, après Sion je me repose !
Mais un petit trail pas loin de chez nous et avec ce temps magnifique, ça fera 1 belle sortie me dit Dom! J embarque avec moi ma copine d’entraînement Peggy (qui va peut-être nous rejoindre chez les bleus )
Et nous voilà à Château salin où nous retrouvons sur place Laurent et Didier.
4 courses sont proposées, c’est peut-être un peu trop car peu de monde sur chaque et en plus le même jour que le marathon de Metz.
Bref nous nous lançons a 9h30 sur ce parcours que je qualifierai plutôt de course nature que trail car beaucoup de lonnngs chemins des routes et peu de bois, ni de grosses difficultés techniques.
Et comme on dit avec Séverine dans ces cas-là, on ne peut pas trop marcher, on est obligé de courir et nous nos petits corps fatiguent...Lol.

 

 

Les foulees du Saulnoy 20km

Avec Peggy on fait course commune, elle est en forme, moi moins ,on se retrouve avec 1 jeune femme qui se joint à nous et rencontre des difficultés au 14ème km, des crampes que nous lui tirons régulièrement ( on est comme ça, on est solidaire et notre bonté nous perdra lol)
On finit la course dans les 65 premiers...ah on était que 68 et alors...on se motive comme on veut.

 

Les Masters 3 à l'honneurs.

Les Masters 3 à l'honneurs.

A l’arrivée, les garçons sont là et semblent contents de leur course ou plutôt contents qu’on arrive enfin pour boire 1 bière.
Lolo a tout donné, échauffements étirements mais il lui manquait peu de chose pour le podium, juste qq années ...pour partager celui de nos stars du jour les V3 qui se classent 1er pour Didier et 3eme pour Dom.

Les foulees du Saulnoy 20km
Les foulees du Saulnoy 20km
Les foulees du Saulnoy 20km
Les foulees du Saulnoy 20km
Les foulees du Saulnoy 20km
Les foulees du Saulnoy 20km
Les foulees du Saulnoy 20km
Les foulees du Saulnoy 20km
Les foulees du Saulnoy 20km
Les foulees du Saulnoy 20km
Les foulees du Saulnoy 20km
Les foulees du Saulnoy 20km
Les foulees du Saulnoy 20km
Les foulees du Saulnoy 20km
Les foulees du Saulnoy 20km
Partager cet article
Repost0
9 octobre 2018 2 09 /10 /octobre /2018 08:04
ALLEZ PAPA !!!!!

ALLEZ PAPA !!!!!

Récit Grégory W:

Ma société participe au challenge entreprises organisé sur le Run in Lyon. Un dossard gratuit est un bon prétexte pour passer un petit week-end en famille.

Après avoir fait le semi l'année dernière, naturellement sur le chemin du retour du marathon de Paris, après m'être dit plus JAMAIS... C'est devenu l'objectif de fin de saison.

Paris me restait comme une bonne course, mais loin d'être aboutie. Il m'avait manqué de lucidité sur la fin et j'avais été dans le dur à partir du 30ème.

J'avais décider d'allonger les séances longues  (30vs25) et de faire une préparation plus spécifique. Tout c'est bien passé jusqu'à l'avant dernière semaine ou une tendinite à l'intérieur du genou vient me contrarier...heureusement que les 15 derniers jours sont moins chargés. Je couperais même 4j, sans grand changement!

Jour J, il tombe des trombes d’eau. Au temps dire que la confiance est au plus bas...le départ est donné simultanément pour le semi et le marathon. Nous sommes respectivement +3000 sur le marathon et 12000 sur le semi.

Le départ est donné les 1ères sensations sont bonnes, je me cale sur la foulée de celle qui gagnera le semi en 1h21!! Les premiers kilomètres longent les quais de Saône, le KM10 kilomètres est franchi en 38:31. Au 18eme kilomètres on traverse le tunnel mode doux (séparation entre le semi et le marathon), ou je retrouve mes supportrices qui se sont abritées. Ensuite on bifurque sur le parc de la tête d'or, je passe le semi en 1h21:04. Ce n'est plus la même ambiance, on se retrouve uniquement entre marathoniens soit 1/5eme du peloton de départ...concrètement je cours uniquement avec un autre concurrent. Au KM26 je retrouve de nouveau mes filles cette fois sous la pluie. Le KM30 est passé en 1h56:21, je suis content, je suis toujours dans mon tableau de marche. On court sur les quais du Rhône qui nous emmènent vers le stade Gerland.

Mais j'ai souvent entendu dire qu'un marathon commençait au 30ème... l'allure commence à dériver gentiment jusqu'au KM35. Grosse alerte au KM35 ou une crampe m'oblige à ralentir sur 50m... je me demande encore en rédigeant ces quelques lignes comment elle est passée toute seule... KM39 nouvelle alerte...KM41..je double un concurrent qui alterne marche et course...et là je me dis pourvu que cela ne m'arrive pas....arrivée en 2h46:58 au chrono.

En conclusion, on apprend au fur et à mesure...et la "performance toute relative " reste très fragile. Effectivement sans douleur au genou et sous un soleil radieux, j'aurais peut-être gagné 2 minutes, mais si ma crampe au 35eme ne passe pas j'en perdrai 15!!!
Un marathon reste une aventure qui a son lot d'incertitudes. Il faut accepter que toutes les conditions parfaites ne seront pas réunies.

Au moment de franchir la ligne, j'étais content de ma course et j'aurai signé des deux mains pour terminer  13ème/2592 finishers.
 

Le record est dans la poche !!! 2h46mn58s
Le record est dans la poche !!! 2h46mn58s
Le record est dans la poche !!! 2h46mn58s

Le record est dans la poche !!! 2h46mn58s

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2018 1 08 /10 /octobre /2018 18:34
La légende des blancs batons 12km

Récit Alain C:

Après quelques courses sur 10 km, nous décidons avec Pierrine de nous éloigner des chemins battus pour tester une course nature, genre trail sans les difficultés si j’ai bien compris.

 Direction Mécleuves dans la campagne messine, au calme au milieu des champs et des bois. 12 km, pour un baptême du feu, pile poil ce qu’il faut. Ça démarre assez vite sur du bitume; pas étonnant, ça reste une course. Sous-bois, chemin agricole, la nature défile agréablement. Ca monte, ça descend et bim, le pied qui raccroche et premier roulé-boulé dans la poussière, style réception judo sans le tatami. Put…, j’aime pas les descentes… Et c’est reparti pour une montée de plus en plus sévère où nombreux sont ceux qui alternent course et marche. Plus par nécessité que par solidarité, nous faisons de même.

Premier ravitaillo, quelques gorgées d’eau car il fait bien meilleur que prévu question météo. Pierrine, bien en jambes me distance un peu, très progressivement mais je m’accroche et je maintiens un bon rythme dans la succession de montées et descentes où nous croisons Fabienne Georges sur le 24km qui passe dans l’autre sens. Petite tape dans la main et rdv à l’arrivée.

 2è ravitaillo, Pierrine m’attend et nous décidons de finir chacun à notre rythme. Longue descente avant la dernière montée dans les bois. Je remonte quelques places quand des concurrents repassent au pas mais ça commence à tirailler dans les jambes, elle s’arrête un jour la grimpette ? Finalement, vue sur la ligne d’arrivée en contrebas mais, bien sûr, on n’y va pas en ligne droite. On tourne à droite, descente en sous-bois avant de retrouver le bitume et les derniers 800m que nous avons empruntés au départ. Pierrine est quelques centaines de mètres plus loin et m’encourage pour les derniers 80m. En bref, une expérience bien sympathique

Partager cet article
Repost0